Godert Baron van der Capellen an Wilhelm von Humboldt, 19.06.1831

|117r|Vollenhoven près Utrecht 19 Juin 1831.
Monsieur le Baron!

En me reférant à la lettre que j’ai eu l’honneur de vous écrire il y a peu de temps avec celle de M. Roorda d’Eysinga, et qui j’espere Vous sera parvenue, je prends la liberté d’envoyer aujourd’hui à Votre Excellence un ouvrage que je viens de recevoir de Batavia, & qui doit à ce qui me paroît répandre quelque jour sur la langue Javanoise. Je suppose que le hollandois dont l’auteur s’est servi, quoiqu’il soit allemand, ne sera point un obstacle pour Votre Excellence, & j’espère qu’elle trouvera cet ouvrage digne de Lui avoir été envoyé –

Bien que la série des protocolles ait encore été continuée depuis ma dernière, & que la troisième douzaine soit commencée, nous n’en sommes guère |117v| plus avancés encore. Il me paroît au Contraire qu’il se présente tous les jours de nouvelles Complications. – C’est surtout aussi l’état de la France qui est inquiétant. On m’écrit aujourd’hui de bonne part que la foiblesse du Gouvernement s’y manifeste tous les jours davantage & que l’existence du Ministère actuel et même celle de Louis Philippe ne tient plus qu’à un fil. – C’est bien le moment de dire: Gott sey uns gnädig![a]

Veuillez Monsieur le Baron agréer la nouvelle assurance de la Considération très distinguée avec laquelle j’ai l’honneur d’être
de Votre Excellence
Le tres humble & tr. Ob. Serviteur
Van der Capellen|118r/v vacat|

Fußnoten

    1. a |Editor| In Kurrentschrift.