1. Startseite
  2. Briefe
  3. Nr. 738

Alexander von Humboldt an Wilhelm von Humboldt, 21.08.1824

J’ai été bien souffrant pendant bien des semaines, cher cher ami; j’ai eu éternellement des rhumes, quelque fois accompagnés d’un peu de fièvre. Il fait un chien de tems ici. Depuis 15 jours je me trouve mieux et je profite du courrier pour te donner cette petite marque de mon tendre dévouement. Ma lettre à Kamptz à réussi à merveille. Les petites lâchetés portent bonheur, ce que ne devrait pas être. On ne se conduit pas d’une manière plus aimable: il a donné 800 écus à Oltmanns, les fraix de voyage, il a écrit deux fois à moi, à Oltmanns pour le consoler, il m’a nommé un grand homme, il dit que depuis longtems il désire de se rapprocher de moi. J’ai envoyé la copie de la lettre de Kamptz à Kunth, elle est on ne peut pas plus aimable. Te voilà sans doute toujours dans les provinces orientales! Je t’envoye encore une fois le catalogue de la caisse des livres fait par M. Maze. J’espère qu’il n’y manque rien. Le Gouvernement ne donne pas l’Atlas de l’Egypte (la partie géographique) il a paru dans le Bureau de la guerre et le cadeau que je reçois est du Ministère de l’Intérieur. Il faudra dire, cher ami, l’acheter cela coûtera je pense 2–300 fr., mais je ne suis pas sûr encore. Tu sais bien que malheureusement je ne puis te l’offrir, aussi tu ne voudrais pas l’accepter. Mais de grâce écris moi s’il manque quelque chose dans l’exemplaire même d’Egypte. Le Ministre de l’intérieur de la République de Colombia m’envoye pour toi un petit catalogue de langues du Darien. J’y ajoute un catalogue de brochures qu’a reçu M. Coquebert. Je suis toujours importuné par ces absurdes Colons. Ne trouverait-on pas 10–12 exemplaires de souscriptions en Allemagne. C’est tout ce qu’il désire! Tu auras su la manière injuste dont M. de Chat. a été chassé, il n’a malheureusement aucun moyen d’éxistence que 10,000 frcs. de pension comme pair, que ses créanciers ont pris jusqu’en 1826. Il est entré dans la plus furibonde opposition. J’ai envoyé à Bülow les gravures d’un nouveau portrait pour toi et le Familienkreis. C’est assez ressemblant et je voudrais bien que Steuben pût gagner quelque argent avec cela. J’ai confié la vente en son nom à Humblot, qui avait déjà vendu son portrait du Prince Royal. Le Roi vient d’envoyer ici un jeune artiste Meister, de beaucoup de talent pour le chevaux. On lui donne 300 écus et sans doute une médaille pour mendier. J’en suis d’autant plus peiné que cela finit toujours par moi! Les misères s’attirent réciproquement. Ecris moi bientôt, cher cher ami, et parle moi de la santé de la chère Li. J’embrasse les enfans.


A. H.
Paris le 21. Août 1824.

Abel Rémusat a fait à ma prière dans le Journ. asiatique un joli article sur tes mémoires sur les langues. Charles Kunth te le porte.

Über diesen Brief

Schreibort
Antwort auf
-
Folgebrief
-

Quellen

Handschrift
Druck
  • Grundlage der Edition: Briefe Alexanders von Humboldt an seinen Bruder Wilhelm, herausgegeben von der Familie von Humboldt in Ottmachau, Stuttgart: Cotta 1880, S. 129f.
Nachweis
  • Mattson 1980, Nr. 11809

In diesem Brief

Sprachen
Zitierhinweis

Alexander von Humboldt an Wilhelm von Humboldt, 21.08.1824. In: Wilhelm von Humboldt: Online-Edition der Sprachwissenschaftlichen Korrespondenz. Berlin. Version vom 31.08.2020. URL: https://wvh-briefe.bbaw.de/738

Download

Dieses Dokument als TEI-XML herunterladen

Versionsgeschichte

Frühere Version des Dokuments in der archivierten Webansicht ansehen