1. Startseite
  2. Briefe
  3. Nr. 798

Alexander von Humboldt an Wilhelm von Humboldt, 26.07.1823

Paris le 26. Juillet 1823.

Je te prie de dire mille choses de ma part à la bonne Li: j’espérais que les eaux artificielles la sauveraient de l’ennui de Carlsbad. Tu seras sans doute déjà sous les vents d’Athènes: j’ignore s’ils soufflent d’une manière si perfide depuis que ton architecture turriforme les a un peu désorientés,[a] mais nous avons un chien de tems depuis 3 mois. Un ciel de fer blanc, des nuages épais comme des matelas, de formes menaçantes et hideuses. De mémoire d’homme on n’a pas eu un été comme cela. Voulant rétablir toutes les institutions anciennes, on a l’air de commencer par une des plus respectables et des plus anciennes, le déluge. Tu as bien raison de parler du peu de philosophie dans les recherches de Klaproth sur les langues: cela renferme des choses utiles, mais ce n’est pas comme cela qu’il faudrait faire. Je t’envoye, cher frère, un cadeau, une belle carte des environs de Paris toute neuve, et le zodiaque[b], gravé par Gau. Tu sais que Champollion y a lu autocrator et que cette merveille le rajeunit furieusement. J’ajoute un morceau de la carte de Chouchard |sic| qui renferme tes provinces orientales, un envoi grec, qui m’est venu de Murray, et le nouveau livre sur la Révolution de la Suisse de M. Raoul Rochette, qui m’aprié de te le présenter avec l’expression de son admiration. Quoique par modestie il n’ait pas osé ajouter une lettre pour toi et que l’ouvrage soit fait un peu dans le sens ultra, tu me ferais un plaisir, si tu voulais bien écrire 3 lignes à M. Rochette et me les envoyer. Il m’est souvent utile à la Bibliothèque. Je ne perds pas de vue le testament basque, mais hélas! voilà 3 mois que je le sollicite en vain. On veut le donner, mais M. Vanpraet[c], qui confie tout à sa mémoire et qui cache les livres pour que lui seul à la bibliothèque puisse les trouver, ne peut encore découvrir à qui ce testament a été prêté. En attendant voilà un fol qui publie ici une Grammaire basque[d]: je te l’enverrai aussitôt qu’elle paraîtra. Excuse la brièveté de ces lignes, mon excellent ami, on m’interrompt.

Mille tendres amitiés.
A. Humboldt.

Les affaires d’Espagne commencent à s’embrouiller. La résistence devient plus opiniâtre. On a mis malheureusement ici dans les journaux que Witzleben était président de la Société pour convertir les Juifs. Cela a fait beaucoup d’impression ici, à cause de la place militaire qu’il occupe, et j’ai eu beaucoup de peine pour faire sentir qu’on ne convertissait pas militairement, par force.

J’envoye aujourd’hui au Roi une médaille de l’Impératrice Anne Iturbide, frappée à Mexico.

Anmerkungen

    1. a |Editor| Anspielung auf die Reliefs vom sog. Turm der Winde auf der römischen Agora in Athen, die Humboldt an den Ecktürmen des von Schinkel umgebauten Schlosses in Tegel anbringen liess; siehe Christiane und Urich von Heinz (2018): Wilhelm von Humboldt in Tegel. Ein Bildprogramm als Bildungsprogramm, 2. Aufl., München/Berlin: Deutscher Kunstverlag, S. 59–62 mit Abb. 20 und 21. [FZ]
    2. b |Editor| Der Zodiakos (Tierkreis) von Dendera. [FZ]
    3. c |Editor| Joseph Van Praet war von 1795 bis 1832 conservateur des imprimés an der Bibliothèque National in Paris. [FZ]
    4. d |Editor| Eventuell ist damit die Grammatik von Lécluse gemeint. Sie befand sich in Humboldts Bibliothek; Schwarz 1993, S. 18 Nr. 53, 1. [FZ]
    Zitierhinweis

    Alexander von Humboldt an Wilhelm von Humboldt, 26.07.1823. In: Wilhelm von Humboldt: Online-Edition der Sprachwissenschaftlichen Korrespondenz. Berlin. Version vom 31.08.2020. URL: https://wvh-briefe.bbaw.de/798

    Download

    Dieses Dokument als TEI-XML herunterladen

    Versionsgeschichte

    Frühere Version des Dokuments in der archivierten Webansicht ansehen