1. Startseite
  2. Briefe
  3. Nr. 802

Wilhelm von Humboldt an Désiré Raoul Rochette, 21.10.1825

|1| Monsieur,

Il m’a été, on ne peut pas plus flatteuse|?|, d’apprendre par les lignes pleines de bonté que Vous m’avez bien voulû concourir personellement à ma nomination d’associé étranger de l’Académie des Inscriptions. Je Vous prie d’en agréer mes plus vifs remercîmens. J’avois deviné dès le premier moment, que c’étoit surtout à Vos bontés que je devois cette insigne faveur. Je n’hésite point à Vous témoigner qu’elle m’a causé une satisfaction extrême; mais je puis dire avec verité que je la regarde surtout sous le rapport des devoirs qu’elle m’impose. Elle augmentera mon zèle, Vos lumières, Monsieur, & ceux de Messieurs Vos confrères serviront à le diriger, & l’intérêt que vous voulez bien prendre à mes foibles travaux, les fera mieux réussir. Je Vous prie, Monsieur, de croire que personne n’auroit pû sentir plus profondement le prix de la bienveillance dont Vous lui avez accordé une marque aussi distinguée.

Vous me demandez des nouvelles de M.r Seyffarth. Il sera dans ce moment à Turin. Il n’a rien publié depuis le volume que Vous connoissez[a], Monsieur. Mais il va faire imprimer un ouvrage sur les hieroglyphes à l’explication desquels il a passé de l’écriture démotique[b]. Il soutient que tous les hieroglyphes, sans exception, sont phonétiques, & prétend que, bien loin d’être l’origine de l’écriture alphabétique, ils ne sont qu’une manière figurative de tracer les lettres de l’Alphabet. Vous voyez par là, Monsieur, qu’il renverse l’ordre |2| que depuis Zoëga[c] jusqu’à M.r Champollion le jeune[d] on a crû voir dans l’adoption successive des trois écritures de l’Egypte. Il donnera le déchiffrement des textes hieroglyphiques en entier, & l’ouvrage dont je viens de parler, renfermera l’explication de plusieurs papyrus de la collection de Berlin. Il convient, à ce qu’il m’a dit lui-même, dans l’explication de plusieurs signes avec M.r Champollion le jeune, il diffère de lui en d’autres et établit un tout autre systême.

L’idée que les hieroglyphes pourroient bien être des lettres tracées d’une manière plus artificielle, n’est pas neuve. Je crois au moins l’avoir trouvée dans la brochure qui a parû à Paris sous le nom d’Ausonioli. J’avoue que jusqu’ici il m’a semblé plus naturel que de deux écritures d’une même nation, l’une figurative, l’autre purement alphabétique, la première fût l’origine de la dernière, et non pas vice versa. Il m’a aussi semblé très-sage à M.r Champollion d’avouer qu’il est hors d’etât de lire en entier des textes hieroglyphiques d’une certaine longueur. Je ne nie point en général que jusqu’à ce que le contraire ne me soit prouvé, je continuerai à croire que le systême de M.r Champollion que j’ai examiné avec un soin particulier, est le véritable. Je crois même que, si M.r Seyffarth est sur la vraie route, ses déchiffremens devront confirmer ceux de M.r Champollion. Je suis cependant loin de vouloir rien décider sur une matière qui exige certainement encore bien des recherches.

Je suis même d’avis que la route que Mess. Spohn & Seyffarth ont suivie de commencer par l’écriture démotique, & de passer de là aux hieroglyphes, est préférable à tous les égards.[e] Ils ont pû par ce moyen acquérir une connoissance plus complette & plus exacte de l’ancienne langue Egyptienne, & se |3| frayer par là un accès plus facile & plus sûr à un genre d’écriture qui peut être idéologique & alphabétique à la fois.

Veuillez, Monsieur, agréer l’hommage de ma considération la plus distinguée & de mon attachement sincère.
Humboldt.
à Tegel, ce 21. Octobre, 1825.

Anmerkungen

    1. a |Editor| Damit wird die 1824 erschienene Schrift Ueber die ursprünglichen Laute des Hebräischen Buchstaben: Ein Beitrag zur Dialectologie der Semitischen Völker gemeint sein. [FZ]
    2. b |Editor| Gemeint sind wohl die 1826 erschienenen Rudimenta hieroglyphices oder die bereits 1825 erschienene Abhandlung De hieroglyphica Aegyptiorum scriptura, ein am 27. August 1827 gehaltener Vortrag, der satzidentisch als "Introductio" und erstes Kapitel in die Rudimenta übernommen wurde. [FZ]
    3. c |Editor| Johann Georg Zoëga veröffentlichte 1797 De origine et usu obeliscorum ad Pium Sextum pontificem maximum und 1810 (postum) den Catalogus codicum Copticorum manuscriptorum qui in museo Borgiano Velitris adservantur. [FZ]
    4. d |Editor| 1824 erschien Champollions zweibändiger Précis du système hieroglyphique des anciens Égyptiens. [FZ]
    5. e |Editor| 1825 veröffentlichte Seyffarth den ersten Band der Arbeiten zu den ägyptischen Hieroglyphen von Spohn unter dem Titel De lingua et literis veterum Aegyptiorum; der zweite und abschließende Band erschien erst 1831. [FZ]

    Über diesen Brief

    Schreibort
    Antwort auf
    -
    Folgebrief
    -

    Quellen

    Handschrift
    • Grundlage der Edition: Paris, Institut de France, BIF Mss 2065 t LXV im Briefwechsel AvH, n°2
    Druck
    -
    Nachweis
    -

    In diesem Brief

    Werke
    Zitierhinweis

    Wilhelm von Humboldt an Désiré Raoul Rochette, 21.10.1825. In: Wilhelm von Humboldt: Online-Edition der Sprachwissenschaftlichen Korrespondenz. Berlin. Version vom 18.10.2021. URL: https://wvh-briefe.bbaw.de/802

    Download

    Dieses Dokument als TEI-XML herunterladen

    Versionsgeschichte

    Frühere Version des Dokuments in der archivierten Webansicht ansehen