Wilhelm von Humboldt an Lucas Alamán, vor 20. Mai 1821

|60r| 1.

Les Grammaires Mexicaines que je possède, ne donnent pas une idée complette & précise de la prononciation de cette langue. Les lettres sur lesquelles je suis surtout douteux, sont les suivantes:

ch – cette lettre se prononce-t-elle entierement comme en Espagnol, est  chicuntetl p. e. comme chiquito ? Cette prononciation reste-t-elle la même, lorsque le ch est suivi d’une consonne, comme dans ichcatl , ichtequini , ichpochtli cet.?

Les Grammairiens semblent se servir indifféremment du ç et du z. Ces deux lettres sont elles les mêmes, & n’y a-t-il entre cia , & la finale - liztli d’autre différence que celle que [l’un est produit] [la] l’une <le ç dans le premier de ces mots> est suivie <suivi> d’une voyelle, <et le z dans> l’autre d’une consonne. Comment cette prononciation diffère-t-elle de la prononciation Espagnole du z & du s? de l’s ? Espagnol?

La sillabe hua (et de même hue cet.) se prononce-t-elle comme une, ou comme deux <sillabes>, & l’ h a-t-il vraîment le son d’un g, ainsi que le soutiennent les Grammairiens? Cette prononciation de l’ h reste-t-elle la même, lorsque la sillabe hua se trouve incorporée dans un mot entier p. e. en cihuatl , ou l’h ne se prononce-t-il point alors. Quelques uns des Grammairiens le mettent constamment dans ces cas, d’autres jamais.

Il paroit certain que la langue Mexicaine n’a point de lettre gutturale (à moins que l’x n’en soit une) Mais existe-t-il un i consonne, & un son pareil au à celui de l’y Espagnol dans les mots ya , yegua ? & l’y dans les mots Mexi-|60v|cains yaotl , yel , yollotl se prononce-t-il ainsi, ou & forme-t-il une même sillabe <avec> la voyelle qui le suit; ou se prononce-t-il simplement comme la voyelle i? et ya comme deux sillabes i-a?

Quelle est la prononciation de l’x Mexicain, xiuitl , xochitl , xixiui [a], Mexitl ? Cette lettre a deux prononciations[b] très-différentes en Espagnol, l’une gutturale, xabon , l’autre de lettre double exâmen , exôtico  ?. Laquelle de[c] ces deux prononciations est propre à l’x Mexicain? ou cette lettre Mexicaine en a-t-elle une troisième différente des deux, ainsi que Tapia semble l’indiquer dans sa Grammaire? Quelle est pour lors cette prononciation? Le son de l’ x est-il <toujours> le même, ou varie-t-il selon les combinaisons dans lesquelles cette lettre <entre> avec d’autres qui la suivent, ou la précèdent?

2.

Il seroit très-précieux, si à l’on pouvoit joindre à la réponse aux questions ci-dessus des données sûres & précises sur la prononciation des autres langues Indiennes de la Nouvelle Espagne, telles que l’Othomi, la Huastèque, la Mixtèque, la Totanaque, Cora, Tarahumara, Maya? Je desirerois surtout savoir quelle est la prononciation de l’x et du ch dans toutes ces langues?

3.

Il existe dans la ville de Mexico en manuscrit des liv d’ouvrages d’histoire composés par des Mexicains lors des premiers tems de la conquête. Je desirerois posséder une copie bien exacte d’une douzaine de pages ou <plus, ou> moins d’un de de celui de ces Manuscrits dont on peut supposer que le stile est le plus pur, & le moins altéré par la connaissance de l’E la Grammaire Espagnole ou latine que |61r| les auteurs de ces ouvrages peuvent avoir eûe. Si l’on vouloit ajouter à cette copie une traduction littérale cela & interlinéaire, cela seroit fort utile.

4.[d]

Je possède par la bonté de mon frère plusie des Grammaires & des Vocabulaires de plusieures langues Américaines & notamment de la langue Mexicaine les Grammaires de Tapia, de Vetancurt, & de Gastelu, ainsi que le Dictionnaire de Molina de l’an 1571. Mais il existe un dictionnaire plus récent d’Arenas que je desirerois avoir. Les personnes qui connoissent la langue jugeront aussi facilement s’il y a d’autres dictionnaires ou Grammaires Mexicaines qui pourroient m’être utiles, & auroient peut-être la bonté de me les procurer.

5.[e]

Il seroit peut-être possible de trouver au Mexique aussi des Grammaires & Vocabulaires d’autres langues Américaines. Je suis Il me seroit, on ne peut pas plus, précieux d’en <de> recevoir une que de ces ouvrages ceux que je ne possède pas encore. [Je joins à] J’en Je ne manquerois pas d’en rembourser incessamment les prix, & je joins à cet effèt à ces lignes les noms des ouvrages que mon frère a recueillis en Amérique:

Langue Brasilienne – Grammaire de Figueira– Dictionnaire du même[f].

L. Caraibe – Dictionnaire de BretonDictionnaire Galibi.

L. Cora – Vocabulaire d’Ortega.

L. Huastèque – Grammaire de Tapia Zenteno.

L. Mexicaine – Grammaire de Tapia Zenteno. 1753. – de Vetancurt. 1673. – de Gastelu. 1693. Dictionnaire de Molina. 1571.

|61v| L. Mixtèque – Grammaire de los Reyes.

L. Mosca – Grammaire de Bern Bernard de Lugo.

L. Othomi – Grammaire & Vocabulaire de Louis de Neve y Molina. 1767.

L. Qquïchua – Grammaire. 1753. – Grammaire de Diego Gonçalez. 1607. – Dictionnaire du même. 1608.

L. Totonaque – Grammaire de Joseph Zambrano Bonilla.

Fußnoten

    1. a |Editor| Humboldt scheint ein im Wörterbuch von Molina stehendes Verb xixini >einstürzen< zu meinen. Alamáns Informant verstand dann (vgl. die erste Antwort, Bl. 80r) das falsch geschriebene Wort anscheinend als xiciui >beeil dich!< [MR]
    2. b |Editor| Geschrieben: prononciation
    3. c |Editor| Geschrieben: des
    4. d |Editor| Geschrieben: 3.
    5. e |Editor| Geschrieben: 4.
    6. f |Editor| In Humboldts Nachlass findet sich ein Diccionario portuguez, e brasiliano (vgl. Schwarz 1993, S. 53 Nr. 397), das dort als anonym erschienen verzeichnet ist.