Wilhelm von Humboldt an John Crawfurd, September bis Dezember 1831, Datierung unklar

|131r|
Mr. Crawfurd.
Monsieur,

Votre lettre du 28. Aout, accompagnée des deux Dictionnaires Javanois manuscrits[a] m’est parvenue presqu’immédiatement après mon retour des bains de mer de Norderney, et je suis pénétré de reconnoissance de la bonté et de la promptitude avec laquelle Vous continuez, Monsieur, à fournir des secours aussi précieux à mes recherches.

Votre dictionnaire  Javanois-**  <Javanois-Anglois> forme la base de mon travail. Il me met en possession d’un grand nombre de mots, je l’ai journellement entre les mains et je commence à comprendre le Brata Yudha depuis que je le consulte. Il est infiniment à plaindre que dans beaucoup d’endroits l’encre rouge s’est effacée de maniere que l’écriture malgré l’usage de lunettes et de loupes en reste presqu’ ou entièrement illisible. Je me sers moins du Dict. purement Javanois, il y a cependant des cas douteux dans lesquels il me sert également. Je ne manque pas de faire attention aux marques de croix du jeune Javanois, mais ce que Vous en dites, Monsieur, est parfaitement vrai; j’ai rencontré des mots marqués par lui dont on ne peut pas douter qu’ils ont eû en Kavi la signification que Vous leur assignez.

Mon travail avance, mais lentement, la vérification d’un seul mot exige quelquefois une heure de recherches. Le texte du B. Y. donné par Mr. Raffles est certainement incorrect en plus d’un endroit, la divi séparation des mots est très souvent fautive et l’orthographe n’indique pas avec précision les caractères Javanois de l’Original. Je serois donc infiniment heureux de pouvoir obtenir par Vos bontés un Manuscrit du Brata Yudha.

Je dirigerai mon attention sur l’ouvrage Italien dont |131v| Vous me parlez. Si je Vous comprends bien, c’est à Londres qu’il va être publié. Le Comte Vidua est peut-être le même qui a publié en 1826. à Paris un volume d’Inscriptions receuillies pendant un voyage en Turquie.[b]

Veuillez me permettre, Monsieur, de Vous réitér exprimer encore une fois ma vive et sincère reconnoissance. Je crois Vous avoir témoigné déjà lors de mon séjour à Londres, combien je savois apprécier l’avantage de Vous être connû; mais je n’aurois jamais espéré alors d’être honoré par Vous de preuves aussi marquantes de bonté et d’intérêt.

J’ai l’honneur d’être avec la considération la plus distinguée,
Monsieur,
Votre
très-humble et très-obéissant serviteur,

Fußnoten

    1. a |Editor| Humboldt spricht selbst in der Wortvergleichung der malayischen Sprachen in Über die Kawi-Sprache auf der Insel Java (Seite 231) von drei handgeschriebenen Wörtbüchern zum Javanischen und zu den Kawi-Wörtern, die Crawfurd Humboldt zur Verfügung gestellt hatte.
    2. b |Editor| Da Vidua bereist 1830 starb, kam es wahrscheinlich nicht mehr zu einer Veröffentlichung des in Crawfurds Brief genannten Textes. Die Beschreibung einer Reise Viduas nach Neu-Guinea wurde jedoch im Jahr 2003 veröffentlicht: Marisa Viaggi Bonisoli (Hrsg.), Carlo Vidua. Narrazione viaggio alla Nuova Guinea 1830; Vidua’s travel tale to New Guinea 1830, Turin: Manzoni 2003.