Ventura Marin an Wilhelm von Humboldt, 24.01.1828

|131r| Monsieur:

Je ne pensai jamais que le petit cadeau que je vous ai fait d’une grammaire sur la langue Araucaine [a] me donnerait l’honneur de recevoir une lettre de vous. Je voudrais avoir à ma disposition toutes les choses qui vous manquent pour la composition de l’important ouvrage que vous pensez publier, mais telle est la pauvreté de nos bibliotheques que l’on trouve à peine quelques exemplaires des livres que vous demandiez. Si je puis me procurer quelques travaux qu’on vient de faire sur la langue Araucaine, j’aurai le plaisir de vous les envoyer, parcequ’ils peuvent vous être utiles. Je profite cette occasion |sic| pour vous offrir mes services, et pour vous protester |sic| la haute consideration avec laquelle j’ai l’honneur d’etre

M.r
votre très humble et très
obéissant serviteur
Ventura Marin
Santiago de Chile le 24 Janvier de 1828 [b]
|131v und 132r/v vacat|

Fußnoten

    1. a |Editor| Wahrscheinlich: Andrés Febrés (1765): Arte de la lengua general del reyno de Chile, con un dialogo Chileno-Hispano muy curioso, (Lima: En la Calle de la Encarnacion). Für die Ausarbeitung seiner vorher entstandenen Araukanischen Grammatik (vgl. Coll. ling. fol. 145, Mappe 2, S. 1–44) hat Humboldt dieses Werk nicht als Quelle herangezogen. (UT)
    2. b |Editor| UT: Meines Erachtens sollte es 1829 u. nicht 1828 heißen, aber Buschmann u. KMV lesen 1828